chezmonveto
Imprimer

picto La pharmacie vétérinaire


Le médicament vétérinaire : c'est une substance dont l'administration permet de guérir, prévenir ou diagnostiquer une maladie. En France, pour commercialiser un médicament, un laboratoire doit obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) prouvant l'efficacité et l'innocuité du produit selon des protocoles longs, rigoureux et très couteux. Si ce médicament est potentiellement dangereux, il ne peut être délivré que sur prescription (ordonnance) d'un vétérinaire ayant examiné l'animal auquel il est destiné.
La contrainte de prescription a un double but:
- protéger l'animal contre une mauvaise utilisation du médicament pouvant entraîner des effets secondaires sérieux, parfois irréversibles.
- protéger la santé publique, notamment en ce qui concerne une utilisation inappropriée des antibiotiques pouvant favoriser l’émergence de souches bactériennes résistantes à tout traitement.


La parapharmacie vétérinaire : elle regroupe les produits de soin non classés sous l'appellation légale "médicament". Ils peuvent donc être utilisés sur l'initiative du propriétaire de l'animal.

Le fait que ces produits ne soient pas classés comme médicaments ne signifie pas qu'ils ne sont pas efficaces mais qu'ils ne présentent pas de dangerosité particulière. Ainsi classe-t-on dans cette catégorie les vitamines, les suppléments contre l'arthrose, les shampooings, etc.


 

Visitez dès à présent notre boutique en ligne Vétogroupe !


Une synthèse bibliographique du Veterinary  Journal  de janvier 2015 donne un panorama des intoxications des carnivores domestiques par les médicaments à usage humain en Europe et aux USA, par ingestion accidentelle … ou le plus souvent par automédication ! Voici les coupables les plus fréquents :

-          Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (c’est-à-dire n’incluant pas la cortisone), la palme pour l’aspirine chez le chat et pour l’ibuprofène et le naproxène chez le chien : perforations gastriques, insuffisance rénale

-          Le paracétamol, fameux tueur de chats … et de chiens !

-          Les anti-histaminiques H1, menant à une dépression respiratoire fatale

-          Les myorelaxants (relaxants musculaires), surtout le baclofène, mortel à faible dose

-          Les hypnotiques comme les benzodiazépines, utilisés dans les insomnies

-          Le lopéramide (antidiarrhéique), affectant principalement les chiens fragilisés génétiquement comme les colleys et apparentés

-          Les médicaments bronchodilatateurs contre l’asthme ...


Ces risques toxiques s’ajoutent à ceux occasionnés par un mauvais usage de certains médicaments vétérinaires, par exemple celui de la perméthrine (en pipettes, shampooing, etc.) sur les chats alors qu’il est formellement contre-indiqué dans cette espèce !

En outre, les animaux domestiques souffrent fréquemment de l’application de spécialités antiparasitaires de grande distribution, ou de solutions pseudo-biologiques, qui provoquent des lésions dermatologiques en plus d’être inefficaces.


Demandez conseil à votre vétérinaire. Il connait votre animal, il connait les maladies, il connait aussi les médicaments, leur efficacité, et éventuellement leur toxicité.